L'Hyperacousie : définition, causes et solutions

L'Hyperacousie : définition, causes et solutions

Les causes et les symptômes de cette pathologie

Les causes sont multiples, il peut s'agir d'un traumatisme crânien, d'une infection à l'oreille, d'une explosion, de la prise d'un médicament, d'une maladie génétique ou d'un problème lié au système nerveux central ou périphérique. Cependant, on remarque que cette affection est souvent causée par l'écoute de musique à une fréquence trop élevée pour l'oreille ou de sons trop forts écoutés de façon répétitive et durable, notamment sur les chantiers. Le port d'écouteurs est notamment un grand danger pour vos oreilles, car les sons sont envoyés directement vers votre système auditif à forte intensité. La présence d'enceintes lors de concerts peut également causer un dérèglement auditif. Ce phénomène peut être temporaire ou durable. Pour cela, il est essentiel de mettre des bouchons d'oreille et d'écouter la musique moins forte afin de protéger son système auditif.

L'hyperacousie engendre un seuil de tolérance au bruit anormalement bas. Le moindre bruit engendre une douleur pénible et désagréable pour la personne qui en souffre. Cette dernière ressent également un sentiment d'oppression, des nausées, de la fatigue, des vertiges et des céphalées. Elle ressent un sentiment de peur, se sent obligée de s'isoler et d'éviter toute sorte de source sonore au risque d'avoir de nouvelles douleurs. En effet, la douleur n'est pas proportionnelle à la durée d'exposition. Le simple rire ou aboiement du chien du voisin peut provoquer une douleur auditive susceptible de durer quelques heures voire quelques jours.

Souvent, l'hyperacousie touche les deux oreilles, mais il est également possible qu'elle ne touche qu'une seule oreille. Il est possible qu'elle s'ajoute à la surdité et la présence d'acouphènes. En effet, 40 % des sujets atteints d'acouphènes souffriraient aussi de cette pathologie. Les causes ne sont pas clairement identifiées. Certaines conditions sont toutefois favorables à ce risque. Heureusement, il existe des traitements permettant de traiter partiellement ou entièrement cette maladie ainsi qu'un accompagnement psychologique permettant de soutenir les patients.

Quelles sont les solutions et qui consulter ?

Si vous souffrez d'hyperacousie, il est essentiel de vous protéger de tout environnement pouvant présenter des risques (bars, salles de concert, chantiers, etc). Laisser votre système auditif au calme, afin de ressentir moins de douleur et de stress. Toutefois, ne vous isolez pas complètement du bruit et ne vous bouchez pas les oreilles en permanence. Cela pourrait provoquer une augmentation de la gêne et accentuer votre intolérance au bruit.

La diminution des bruits peut, en effet, aggraver votre problème et vous empêcher de vivre votre vie normalement. Pour cela, entourez-vous d'un fond sonore très léger tel qu'un fond de radio ou un générateur de bruit spécialement conçu pour stimuler en permanence votre cerveau et vous réhabituer à la fréquence des sons quotidiens. Si cette pathologie est soignée de façon précoce, il est possible que le patient guérisse entièrement. Pour cela, il devra porter pendant 6 à 8 mois, un bruiteur.

C'est un dispositif médical qui permet d'adoucir les sons entendus. En 2002, on compte 79 % (sur 155 patients) de sujets qui ont été soignés totalement ou partiellement, 5 % qui n'ont donné aucune nouvelle suite à leur traitement et 16 % qui ont refusé de suivre le traitement qui leur avait été proposé. Les études ont relevé qu’il y avait eu seulement 9 rechutes soit après, soit pendant le traitement. 8 rechutes sur 9 sont dues à une nouvelle exposition sonore trop importante. Lorsque l'hyperacousie est plus avancée, le patient est pris en charge par une équipe médicale composée de trois spécialistes. L'ORL effectue un bilan, recherche les causes et peut proposer un traitement médicamenteux.

L'audioprothésiste, comme http://www.grandaudition.com, vise à traiter le problème auditif du patient en lui prescrivant un appareil adapté. Et le psychologue apporte un soutien moral au patient, et tend à diminuer la charge émotionnelle de la personne, son stress et son comportement qui ancre les symptômes et isole socialement et professionnellement.