La sophrologie : Une pratique tendance, mais comment bien se former ?

La sophrologie : Une pratique tendance, mais comment bien se former ?

La sophrologie est accessible avec ou sans diplôme. Mais ce métier est de plus en plus populaire auprès du grand public maintenant que la possession d’un diplôme de praticien est sur le point de devenir un excellent argument commercial pour se démarquer et attirer les patients.

Pourquoi la sophrologie est un métier d’avenir ?

Une application élargie au monde du travail

Bien que cette discipline existe depuis les années 60, ce n’est que tout récemment qu’elle est devenue tendance auprès du grand public. Réputée pour chasser peur, angoisse, tension et stress, la sophrologie se pratique essentiellement en cabinet, mais depuis peu, trouve également une application en entreprise.

Cette technique de relaxation s’appuyant sur les méthodes orientales comme le yoga, l’hypnose et le zen, est généralement introduite dans le monde du travail pour accompagner les salariés lors de changements de situation comme le changement d’organisation, la réduction du personnel ou l’accroissement d’activité. La sophrologie doit les aider à mieux gérer leurs émotions, à accroître leur productivité et à éviter les « burn-out ».

Des techniques faciles à mettre en pratique

La sophrologie doit aussi son succès à sa simplicité. Les techniques de relaxation sont à la portée de tous et peuvent se pratiquer partout et n’importe quand : dans le métro, au bureau, en public, à la maison. Les mouvements de contrôle musculaire et de respiration peuvent être pratiqués pour reprendre confiance en soi, pour soulager les maux du quotidien ou pour le plaisir sans aucun but thérapeutique.

Des praticiens reconnus et des séances remboursées

Grâce à cette croissante popularité auprès de toutes les couches sociales, la demande de praticiens est de plus en plus importante. Les sophrologues en libéral sont des spécialistes de plus en plus consultés d’autant plus que les séances sont remboursées par de nombreuses mutuelles. Ils sont de plus en plus recherchés également dans les établissements professionnels publics ou privés qui les embauchent en tant que salariés.

Le métier devient donc extrêmement populaire chez les étudiants. Pour ceux qui sont intéressés par un avenir professionnel dans la sophrologie, il est important de réfléchir soigneusement à sa formation.

Comment devenir sophrologue ?

La meilleure formation qui ouvre toutes les portes aux praticiens de la sophrologie est celle de la certification professionnelle de sophrologue et qui permet de porter le titre tant convoité de « sophrologue ». Ce diplôme d’État de niveau bac+2 est délivré par des écoles de sophrologie affiliées ou non à la fédération Alphonso  Caycedo, fondateur de la sophrologie. Renseignez-vous en ligne sur toutes les formations en sophrologie disponibles sur le site diplomeo.com.

La formation initiale de sophrologue (titre RNCP) est accessible à toute personne souhaitant devenir un professionnel de la relation d’aide et de l’accompagnement thérapeutique. Il n’y a donc pas de limites d’âge ni de niveau minimum requis. En plus des cours théoriques, les étudiants auront des travaux pratiques encadrés ainsi qu’un stage de mise en situation professionnelle.

C’est la formation à privilégier pour exercer en tant que libéral ou travailler au sein de structures professionnelles : entreprises, établissements de la petite enfance, associations, maisons de retraite, hôpitaux, cliniques, centres socio-éducatifs, clubs sportifs, etc.…

En second choix, vous avez les universités qui proposent des cursus jusqu’à bac+5 en sophrologie. Bien que le programme abordé soit quasi-identique, ces diplômes universitaires ne sont pas encore reconnus. Cette seconde option est moins onéreuse qu’une inscription en IFS.