Fourmillement bras gauche, quelles sont les causes possibles ?

Fourmillement bras gauche, quelles sont les causes possibles ?

Fourmillement : quel niveau de gravité ?

Fort heureusement dans la grande majorité des cas il n'y a aucune gravité et les fourmillements correspondent à une réapparition sensible faisant suite à la compression d'un nerf. Cela arrive quand on s'est endormi sur son bras ou qu'on a mal positionné une jambe et que le sang se remet à circuler. Le fourmillement bras gauche devient très vite préoccupant pour les individus qui attribuent sa localisation du côté du cœur à une souffrance cardiaque alors qu'il n'y a la plupart du temps aucune corrélation entre le côté où sont perçus les fourmillements et une atteinte à un organe interne présent à cet endroit-là. Néanmoins, lorsque par exemple un fourmillement dans les mains la nuit ou un bras droit est engourdi de manière très régulière sans qu'on sache pourquoi, ou encore si la zone concernée par les fourmillements s'agrandit ou que les fourmillements deviennent de plus en plus forts, il ne faut surtout pas hésiter à consulter son médecin traitant afin d'être redirigé vers un neurologue pour un examen clinique complet et une vérification de la jambe engourdie s'il y a lieu.

Les degrés de gravité des fourmillements

Les fourmillements dans les mains et les pieds dénommés paresthésies par les scientifiques, peuvent témoigner aussi bien d'une atteinte du système nerveux central que du système nerveux périphérique. Ils peuvent aussi être le signe de certaines affections comme le syndrome du canal carpien qui se traduit par la compression du nerf du poignet provoquée par des gestes répétitif le plus souvent dans l'exercice d'une profession. Des carences en magnésium et en vitamine D peuvent provoquer des crises de spasmophilie sont un des signes est le fourmillement au niveau des mains et autour de la bouche.Le patient est très angoissé, respire de manière accélérée et subit des spasmes musculaires. L'hypoglycémie peut également se manifester par des fourmillements qui sont accompagnés de sueurs, de palpitations, de pâleur et d'une impression de grand malaise généralisé, signes que le cerveau manque de sucre. Un bras gauche engourdi par exemple avec des fourmillements peut aussi révéler une hyperthyroïdie qui provoque une atteinte générale du métabolisme avec à la clé des diarrhées, des nausées et un excès de sudation. L'accident vasculaire cérébral (AVC) est malheureusement aussi une des indications possibles de fourmillements comme signes annonciateurs d'une insuffisance circulatoire. Ce type de fourmillement peut avoir lieu plusieurs jours voire plusieurs semaines avant l'arrivée de l'accident, ou être suivi directement des épisodes régressifs inhérents à ce phénomène. La neuropathie diabétique est une atteinte des nerfs périphériques due à un excès de sucre dans le sang qui peut elle aussi se manifester par des fourmillements.

Quelle attitude adopter pour les fourmillements ?

Comme pour toute question médicale, la plus mauvaise attitude à adopter en cas de fourmillements ressentis à n'importe quel endroit du corps, est l'auto médication et l'auto diagnostic. Seul un médecin diplômé est capable d'isoler la cause de ces fourmillements qui inquiètent nombre de personnes souvent à tort. Il est néanmoins extrêmement important de ne pas tomber dans l'excès contraire qui consisterait à s'en accommoder tout simplement alors qu'on sait que parfois ils peuvent être des signes précurseurs ou des manifestations symptomatiques d'affections qui demandent à être prises en charge pour ne pas évoluer défavorablement.