Les bienfaits de l'isolation sensorielle

Les bienfaits de l'isolation sensorielle

Flotter en apesanteur dans un caisson remplie d’eau, c’est la nouvelle frénésie bien-être. Cette pratique est désormais usitée par les grandes entreprises et les centres de bien-être privés du monde pour ses nombreux bienfaits sur le corps et sur l’esprit. Pourquoi cet engouement ? Découvrez la réponse à travers cet article.

Isolation sensorielle : qu’est-ce que c’est ?

Vulgarisée sous le nom de « caisson de flottaison » ou caisson d’isolation, l’isolation sensorielle est une technique de relaxation effectuée dans une petite cabine en forme d’œuf. Il consiste à couper tous les sens (l’ouïe, la vue, le toucher, et tout stimulus sensoriel) et toutes les activités du corps (mouvement, rythme cardiaque ralenti, suscitation des muscles et des organes) en flottaison dans un liquide saturé en sel d’Epsom. Le corps et l’esprit sont donc totalement coupés de l’extérieur, ce qui offre un bien-être et un calme inégalable. Ce procédé peut être assimilé à une méditation profonde à l’issue duquel les ondes cérébrales sont apaisées.

Le caisson d’isolation sensorielle : une invention d’antan

Le caisson de flottaison est vieux comme Érode. Il a été inventé par John C. Illy dans les années 50 aux États-Unis. Au début, le psychiatre n’avait pas l’ambition d’en faire une invention révolutionnaire. Il menait juste une étude sur l’impact de l’état d’isolement total sur le cerveau. Dans cette démarche, il réalise un caisson rempli d’eau chauffée au sel d’Epsom (ou encore sel de magnésium). Le but en est d’isoler le sujet des stimuli extérieurs par flottaison. Au début, l’étude du scientifique n’a pas été prise au sérieux, mais une vingtaine d’années après, les militaires, les astronautes et même les grands sportifs s’invitent dans la chambre d’isolation sensorielle. Son potentiel devenu évident, l’étude ne passe plus inaperçue puisque le caisson se démocratisait dans les années 80.

Une séance de relaxation et de détente suprême

Après une légère absence, la pratique a connu un grand bond en avant dans les années 2000. Découvert par la Silicon Valley, le bain flottant s’invite dans les centres de bien-être américains, suivi par le Canada, et l’Europe ne tarde pas non plus à s’inviter dans cette course. Il séduit alors bon nombre de gens. Le caisson de flottaison contient 400 à 600 litres d’eau saturée au sel d’Epsom (environ la moitié du contenu). Ce dernier réduit la gravité et amène le corps en sensation d’apesanteur. La température de l’eau est similaire à celle du corps humain.

Dès lors, on propose au sujet une séance de relaxation totale par le biais d’une isolation de tous les sens. La séance est réalisée dans une chambre à lumière réduite, l’isolation phonique est optimale en bouchant les oreilles du sujet, le corps est totalement libéré en évitant le port de maillot de bain, et le tout se fait en apesanteur. La séance peut durer une heure comme toute une nuit. Cette expérience est souvent assimilée à la vie dans l’utérus. Bien que ces dires soient un tantinet exagérés, la séance amène le corps à se détendre intensément et à se couper totalement de la réalité. Le cerveau n’est plus suscité et apaisé, il entre dans un état méditatif.

Le bain flottant : l’innovation wellness

Bien que le caisson de privation sensorielle ait été utilisé en tant qu’étude sur la conscience et le cerveau, il ne tarde pas à devenir un moyen à part entière de bien-être. Depuis 2015, pas moins de 88 d’instituts privés ont ouvert leurs portes à travers le monde. Les personnes les plus suscitées sont les personnes actives, stressées et à bout de force. Outre ses potentiels apaisants et relaxants, l’immersion génère des effets positifs sur l’ensemble du corps.

  • Elle réduit tous les effets du stress sur le corps. Le système nerveux orthosympathique est désactivé, ce qui réduit la stimulation des activités par le corps (rythme cardiaque, pression artérielle, organes). De l’autre côté, les activités du système nerveux parasympathique sont stimulées, ce qui entraîne la réduction du rythme cardiaque. Les sensations et les activités physiques étant réduites, le corps et le cerveau sont en parfait apaisement.
  • Elle réduit l’anxiété et la dépression : Une étude de l’effet de l’isolation sensorielle sur les personnes souffrant d’anxiété a été réalisée en 2016. Après quatre mois de thérapie, les symptômes ont diminué chez les patients, dont 37% ont bénéficié d’une disparition totale des symptômes.
  • L’isolation sensorielle permet de prévenir et de réduire les douleurs musculaires. La sensation de flottaison renvoie les muscles en état de repos et de récupération. De la même manière, la fatigue liée au stress se retrouve réduite.

Elle tonifie le corps et augmente la productivité. Le manque de productivité est souvent lié à la fatigue et au stress. Les personnes souffrant de burn-out, de fatigue mentale ou de diminution de la productivité en tirent donc des avantages. Les maladies liées au stress sont effectivement diminuées. De même, l’apprentissage, la mémoire, la créativité se retrouvent améliorés grâce à l’apaisement des activités cervicales.